COMMENT DÉCRYPTER LE LANGAGE DE L’AMOUR ?

Comment savoir si on lui plait ? Comment comprendre la langue de l’amour et savoir en reconnaître les signes ? Jean-G. Lemaire, phsychanalyste et thérapeute de couples nous répond.

1/5

L’AMOUR A-T-IL UN LANGAGE ?

Un langage, oui, qui comprend des mots, des gestes, des mimiques, des comportements… Contrairement à ce que considèrent bien des gens, les mots sont très importants. J’entends souvent dire dans mon cabinet : « Je ne vais pas lui répéter ça… » Mais si ! Beaucoup de couples confondent croire et savoir, ils ne comprennent pas qu’ils doivent confirmer qu’ils s’aiment. Or c’est fondamental. Dans toute relation amoureuse entre en grande partie une quête de réassurance de soi…
C’est peut-être encore plus important aujourd’hui, où le sentiment d’amour est beaucoup plus incertain qu’autrefois. Même au sein des couples les plus traditionnels, même chez ceux qui ont des principes religieux, l’insécurité plane. Chacun doit donc confirmer régulièrement son amour, avec une langue propre au couple, qui doit évoluer avec lui. On se quitte parfois juste pour entendre d’autres déclarations d’amour. Pour qu’un couple dure, il doit pouvoir se renouveler dans ses déclarations.

2/5

MAIS POURQUOI EST-IL SI DIFFICILE DE S’ENTENDRE ?

Et pourquoi en sommes-nous réduits à « traquer » le signe ?

Parce que ce langage est plein de contradictions, de paradoxes, et qu’il peut devenir très compliqué, obscur. Affirmer que l’on aime implique de se mettre dans une situation de dépendance par rapport à l’autre. Cela peut faire peur. Peur de se faire posséder, de perdre ses valeurs…
Je vois beaucoup de couples liés par un attachement très profond mais qui ne s’en sortent plus, chacun craignant en s’offrant à l’autre de perdre son autonomie, son identité, – à la limite – son existence. Les signaux sont alors brouillés parce qu’il faut à la fois laisser entendre quelque chose et se retenir d’affirmer. Il arrive même que l’on finisse inconsciemment par exploiter le sentiment d’insécurité de l’autre. Plus l’un doute, moins l’autre se déclare. C’est un cercle vicieux.

3/5

LES HOMMES ONT-ILS PLUS DE MAL À SE DÉCLARER ?

C’était sans doute le cas dans une société où la femme plus dépendante, moins valorisée, espérait le signe d’être aimée… De nos jours, les situations sont plus variées et souvent assez symétriques. Beaucoup d’hommes ont besoin de cette confirmation et beaucoup de femmes ne semblent pas comprendre qu’elles doivent la donner.

4/5

N’Y A-T-IL PAS AUSSI DES DIFFICULTÉS À RECEVOIR LE MESSAGE ?

Des façons de ne pas l’entendre ou de le saboter ?

Oui, bien sûr. Parfois, la quête de l’un est telle que l’autre n’est plus prêt à manifester quoi que ce soit.« Dis-moi que tu m’aimes », et si possible, « dis-le moi spontanément »… Que peut-on répondre à ça ? Il y a quelque chose d’impossible dans cette demande. D’autre part, il y a une ambiguïté dans cette quête de preuves. Si l’autre répond, est-ce tout à fait suffisant ? Pour que le jeu continue, ça ne peut pas l’être. Il faut donc empêcher l’autre d’être tout à fait satisfaisant.
Enfin, être aimé n’est pas quelque chose de clair. La dimension de possession inhérente à la relation amoureuse est souvent redoutée. Elle est même aujourd’hui culturellement « interdite ». Des êtres trop fragiles peuvent en venir, par crainte d’être absorbés, à fuir l’amour, multiplier les échecs ou faire en sorte de n’être aimé qu’en partie (pour la beauté, l’argent, l’intelligence, etc.). Il y a du danger dans « je t’aime », encore plus dans « je te veux », et pire dans « je ne veux que toi ». Certain(e)s ne peuvent pas entendre ce message, même s’ils ne savent pas, au fond, de quoi ils ont peur.

5/5

EST-CE UNE QUESTION D’ÉDUCATION ? DE TOUT PREMIERS LIENS ?

Cela peut l’être. Une mère qui n’apprend pas à son enfant qu’elle n’est pas entièrement à lui rend pour la suite l’amour menaçant. C’est à elle de montrer que l’amour n’est pas forcément dangereux, qu’il ne faut pas avoir peur d’être très aimé. Le seul message à faire passer, pour un parent, comme plus tard dans un couple, c’est: « Je t’aime, mais tu ne peux pas être tout pour moi. »

Share Button


You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>