Get Ready : Arrêtez de gâcher des Opportunités avec les Filles!

Ca n'arrive pas qu'aux autres

J’écoutais Jean-Jacques Goldman, un vieux titre, A nos actes manqués. Tous les trucs qu’on rate dans la vie, toutes les occasions qu’on n’a pas su saisir. Tous les moments dont on n’a pas profité.

Je rencontre beaucoup d’apprentis séducteurs qui ratent le coche. Qui se posent tous la même question « Quand embrasser la fille ? », « Comment et quand me rapprocher d’elle ? »

… Et c’est toujours trop tard qu’ils se posent la question.

Un des problèmes que vous rencontrez parfois, c’est le fait de ne pas y croire.

De ne pas en croire vos yeux ou vos oreilles. Gentlemen, réveillez-vous : saisissez les opportunités quand elles se présentent à vous !

Voici quatre exemples de séducteurs qui n’ont pas su saisir leur chance. A vous de juger s’ils méritent des claques ou votre indulgence…

Parfois en séduction, vous devez faire tout le travail, toute la création d’opportunités.

Votre mission :

  • aborder la fille qui vous plaît
  • la faire rire, vous intéresser vraiment à elle
  • faire monter la tension sexuelle, vous rapprocher d’elle, la toucher
  • l’embrasser, puis activer le processus d’excitation sexuelle avant de coucher avec elle

Ca fait beaucoup, et dans votre tête, vous vous dites qu’il y a un ordre à respecter, des phases de séduction, des séquences à enchaîner. Vous pensez que Mystery a 100% raison quand il dit qu’il faut entre quatre et dix heures pour coucher avec une fille.

Les quatre histoires qui suivent sont des anecdotes que m’ont confié des séducteurs qui ne croyaient pas assez en eux. Qui ne croyaient pas en leurs nouveaux super-pouvoirs.

Ils n’étaient pas prêts pour ça, ils pensaient que ça n’arrivaient que dans les films…

Histoire numéro 1 : elle se tait et elle attend

L’un de mes élèves est parvenu à aborder avec succès une HB8 dans un bar. Après une conversation animée, intéressante, et quelques contacts au niveau des poignets et des cheveux, il ne savait plus quoi lui dire. Elle est réceptive, mais ne sait plus quoi dire non plus.

Elle le regarde, il la regarde… Ce blanc dans la conversation le gêne un peu, mais pas trop… En tant que coach en séduction, je lui dis « GO ! », c’est maintenant pour le premier baiser

Ou alors je lui conseille de payer l’addition, de sortir du bar, de faire quelques pas dehors et de lui dire « Attends… » et de l’embrasser.

Une fille qui attend a souvent en tête la chanson de Bill Baxter « Embrasse-moi idiot »

… Une occasion que cet apprenti séducteur n’a pas saisie parce qu’il pensait que la fille devait lui sauter dessus pour confirmer son intérêt.

L’analyse du coach en séduction :

Be a man, man ! Ne tremblez pas, approchez-vous d’elle pour l’embrasser. Si elle tourne la joue, ce n’est pas grave, vous aurez tenté, et elle aura compris votre intention. Ce qui compte, c’est d’avoir réussi à surmonter votre peur.

Histoire numéro 2 : trop vite, trop furieux

Un séducteur qui se découvre. Il apprend très vite, on sort, et il m’impressionne. Dans son cerveau, il a mémorisé des centaines d’openers, d’histoires sur lui-même, de routines sympa pour occuper le cerveau des filles.

Il enchaîne tout à une vitesse impressionnante. Posé avec sa target, je le surveille de loin. Un esprit très cartésien, très logique, il réussit pourtant à insuffler de la vie et des émotions dans ses histoires et ses rapports avec les filles.

Le fiasco arrive 5 minutes après, quand il vient m’avouer son échec, incrédule.

Le néo-séducteur : « Je ne sais pas ce qu’il s’est passé… elle a commencé à me caresser la jambe, et m’a dit de l’accompagner aux toilettes… »

Moi : « Et ? »

Le néo-séducteur : « Et je lui ai dit que je n’avais pas envie d’aller pisser… je ne comprenais pas ce qu’elle voulait… »

Moi : « Et là, c’est bon, tu as compris ? »

Lui : « Je crois qu’elle voulait qu’on couche ensemble aux toilettes, mais je n’en suis pas sûr… »

Moi : « Pourquoi tu n’en es pas sûr ? »

Lui : « Parce qu’une de mes croyances limitantes c’est de croire que les filles n’aiment pas autant le sexe que nous, qu’elles ne feraient pas ça dans un endroit sordide, et qu’il faut environ 7 heures pour coucher avec une fille… »

Moi : « Très bonne analyse, mais c’est trop tard pour cette fois… »

C’est allé trop vite pour lui. Il savait tout, mais n’a pas su réagir sur le moment pour profiter de l’occasion. Ça me fait penser à Will Hunting… quand le génie interprété par Matt Damon se fait sermonner par Robin Williams.

« Si je te dis de me parler d’art, tu vas me balancer un condensé de tous les livres sur le sujet. Michel-Ange, tu sais plein de trucs sur lui. Sur son œuvre, sur ses choix politiques, sur lui et sur le pape, ses tendances sexuelles, tout le bazar quoi. Mais je parie que ce qu’on respire dans la Chapelle Sixtine, son odeur, tu connais pas. Tu ne peux pas savoir ce que c’est que de lever les yeux sur le magnifique plafond. Tu sais pas. »

J’ai eu l’impression que mon apprenti séducteur se trouvait dans la même situation… Il est passé à côté de cette occasion par manque d’expérience. Rien de grave en soi, mais c’est rageant.

Analyse du coach en séduction :

Si une telle opportunité s’offre à vous, ne réfléchissez pas. Foncez !

Si c’est une fille qui prend les devants pour une fois, suivez-la ! Un peu d’imprévu, d’improvisation que diable !

Peu importe si ça ne correspond pas à ce que Gambler, Swinggcat ou Mystery racontent. Peu importe si ce n’est pas une situation classique ! Profitez-en, ça vous fera de bonnes anecdotes à raconter !

Histoire numéro 3 : le manque de préparation

La négligence vous fera passer à côté d’un tas de coups d’un soir.

  • Capote de la veille qui traîne quand vous ramenez une nouvelle ONS : mort.
  • Traces suspectes sur votre lit ou sous-vêtements féminins oubliés : mort.
  • Hygiène déplorable de votre appartement (relisez la leçon anti résistance de dernière minute) : mort.
  • Chaussettes ou caleçons troués : mort.
  • Des colocataires ou des parents qui vous attendent pour accueillir la jeune
    fille : mort.

Attention, je ne vous dis pas qu’il faut à chaque fois que les conditions soient parfaites… Mais si une fille est prête à coucher avec vous, et que vous n’avez pas de capote sur vous, là, vous méritez des gifles…

C’est ce qui est arrivé à un ami, un grand séducteur pourtant. Il avait déjà couché avec une inconnue la veille, sur la plage, utilisant son dernier préservatif.

Cet idiot avait oublié de recharger… alors quand elle s’est déshabillée devant lui, il s’est retrouvé comme un con, avec sa bite et son portefeuille vide…

Analyse du coach en séduction :

Coucher avec deux filles différentes deux soirs d’affilée, ça arrive ! Alors soyez prêts !

Histoire numéro 4 : ça n’arrive que dans les films

La dernière histoire est arrivée à un séducteur plus timide… Il m’envoie la photo d’une HB8, accompagnée d’un texte. J’ai encore la conversation enregistrée sur mon téléphone portable :

Dans la catégorie rencontres bizarres : elle m’aborde en me disant « Lui c’est mon mari, il est mannequin et acteur, on est ensemble depuis dix ans, je le suce comme jamais, ça te dit de faire un truc avec nous après ? »

Je trouve ça fun et lui demande pourquoi il n’y est pas allé… il me répond : « Mais mec, ça n’arrive que dans les films, ça ! »

Analyse du coach en séduction :

Une seule solution pour éviter ça : soyez prêt, croyez en vous, et laissez-vous porter par le courant ! Si vous refusez les cadeaux que vous fait la vie, les filles faciles qui s’offrent sans travail, on ne peut plus rien pour vous !

« Saisissez l’instant présent ! Carpe Diem ! YOLO ! » aurait dit Pierre Ronsard…

Vous avez déjà raté une occasion avec une fille pour le regretter par la suite ?

Question bonus : au sujet de la dernière histoire, vous auriez suivi la femme et son mari ?

Sélim 

Share Button


You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>